mercredi 20 décembre 2017

SOLSTICE D’HIVER, LA VERITABLE NATIVITE




C’est au solstice d’hiver qui selon le calendrier julien, tombait le 25 décembre, qu’en toute logique devraient être célébrés conjointement, la fête de Noël, et le jour de l’an.

Puisqu’il triomphe des ténèbres et en constatant que son rayonnement préside à la pousse des plantes, le fait que le soleil soit source de vie a été une évidence depuis longtemps pour les différents peuples qui, sous toutes les latitudes, l’ont célébré pour cette raison.

Dans les régions tempérées et septentrionales, deux jours semblaient les plus indiqués pour cela, soit le jour le plus long d’un soleil triomphant au solstice d’été, soit le jour le plus court au solstice d’hiver, à partir duquel le soleil semblant périr jusque là, reprenait de la vigueur en se montrant finalement “invincible”, puisque étant par lui-même source de vie.

C’est selon ce concept de “soleil invincible” du solstice d’hiver et tel qu’il était dit en latin “sol invictus”, que divinisé selon une tradition orientale à laquelle les Romains étaient réceptifs, il sera progressivement célébré dans l’empire romain où au 3ème siècle, l’empereur Aurélien en fera même le dieu protecteur de l’empire, un temple lui ayant alors été édifié au champ de Mars, où servaient des prêtres dit “pontifices soles”…

Le solstice d’hiver fut alors dit, “jour de naissance du soleil invincible”, ce qui se disait en latin “ dies natalis solis invicti”, qui par l’usage sera abrégé en “natalis”, terme qui se trouve à l’origine de notre mot “Noël”, et signifiant finalement la “nativité”.

Un des successeurs d’Aurélien, l’empereur Constantin, fut au début un adepte fervent du soleil invincible, au point de décréter qu’en plus du jour de sa célébration au 25 décembre, un jour de repos lui soit consacré et il institua par une loi, un “jour du soleil”, jour de repos qui est devenu notre dimanche, et dont son rapport au soleil se trouve rappelé dans différentes appellations telles que “Sunday” en anglais, “Sonntag” en allemand, ou “zontag” en néerlandais...

Mais voici que Constantin se trouve gagné par une croyance venue d’orient et qu’il se converti au christianisme, en en faisant par cela même une religion d’état. C’est donc par syncrétisme qu’en lieu et place de celle du soleil invincible, fut célébrée par les chrétiens la nativité de Jésus de Nazareth, au 25 décembre, jusqu’à ce que plus tard l’empereur Théodose en fit, là aussi par une loi, le jour de la célébration exclusive de la naissance de Jésus.

Dès lors, le jour de repos dit “jour du soleil”, devint le “jour du seigneur” ce qui en latin se dit “dies Dominicus” et qui se trouve à l’origine de notre mot “dimanche”…

Cependant, attachés à leurs traditions et croyances, certains continuèrent à célébrer le soleil, non plus au solstice d’hiver, mais le “soleil triomphant” au solstice d’été. Mais là aussi le syncrétisme fera que ce jour deviendra selon le rite chrétien s’imposant graduellement à tous, celui de la célébration de saint Jean, alors dit jour de la naissance de Jean le baptiste, avec les fameux feux rappelant le triomphe du soleil, et qui avaient symboliquement pour but de vaincre totalement la nuit qui était alors la plus courte de l’année…

Ce sont finalement les différentes et laborieuses réformes du calendrier, qui vont faire que les dates du solstice d’hiver, de Noël, et du jour de l’an, se trouvent aujourd’hui décalées, et c’est tant mieux pour nous puisque cela nous donne l’occasion de faire au moins deux fois la fête, mais il s’agissait bien à l’origine du même jour, et de plus d’un même événement d’un point de vue métaphysique, Jésus étant “roi” selon la doctrine chrétienne, même si son royaume n’est pas ici-bas, et par le fait “soleil”, comme les Pharaons de l’Egypte ancienne, et comme se réclama en ce sens, Louis XIV…


Richard Pulvar

dimanche 4 juin 2017

Curiosité

Curiosité, Ripa la dépeint avec les cheveux dressés, la tête avancée, l'attitude immobile, et sur sa robe, des oreilles et des grenouilles. Cochin, s'est contenté de mettre des oreilles sur le bord de son vêtement, et d'ajouter aux siennes de petites ailes. Elle tient une quenouille, hiéroglyphe égyptien de la curiosité.

Cura

Cura, déesse de l'inquiétude, ayant vu l'argile s'avisa d'en faire un homme; ensuite, elle pria Jupiter d'animer son ouvrage, et l'obtint. Cela fait, la Terre, Jupiter et Cura se disputèrent pour lui donner un nom. 

Saturne jugea le différend en faveur de la terre, humus, et ordonna que Cura posséderait l'homme tant qu'il vivrait.

Cunia ou Cunina

Cunia ou Cunina, déesse romaine, titulaire des enfants au berceau.

Cuba

Cuba divinité romaine, avait soin des enfants; on l'invoquait pour les faire bien dormir. Rac. cubo : je suis couché.

Achlys, déesse de l'obscurité et des ténèbres.

Achlys : nom du premier être qui existait, avant le monde, même avant le chaos, le seul qui fût éternel, et duquel tous les autres dieux avaient été produits.  Selon François Noël : l'Abrégé de la Mythologie universelle 1805

Définition de Wikipédia :"Achlys (en grec ancien Ἀχλύς / Akhlús, « brume ») est une déesse de la mythologie grecque, personnifiant le malheur et du poison. Elle est la fille de Nyx, la déesse de la Nuit. Selon Hésiode, elle est représentée sur le bouclier d'Héraclès : pâle, émaciée, pleurant, le nez coulant, les genoux gonflés, les ongles longs sur les doigts, les joues sanglantes, les épaules couvertes de poussière.

Selon les Grecs, elle vit dans le Tartare et change en brume de la mort chaque personne qu'elle croise, elle est maîtresse de la brume qu'elle contrôle.


Elle aime geindre et voir les gens souffrir."

Dépeinte comme une femme maigre aux côtes apparentes.

mardi 7 mars 2017

Des fossiles d'un hominidé inconnu découverts en Chine


En Chine, des archéologues ont retrouvé des fossiles d'un homme préhistorique qui était probablement un ancêtre direct des Chinois modernes.

Lors de fouilles près de la ville de Xuchang, dans la province du Henan, des archéologues chinois ont retrouvé des crânes d'une espèce inconnue d'hominidés. Selon les premières estimations, l'âge des fossiles varie entre 105 000 et 125 000 ans.

Les crânes ont des traits communs avec ceux des et des hominidés qui habitaient à l'époque préhistorique dans le centre et de nord de la Chine et dont des fossiles avaient déjà été découverts. En même temps, les crânes ont des spécificités qui permettent de les classer à part.

« Il s'agit d'une toute nouvelle espèce », explique l'archéologue Li Zhanyang de l'Institut des vestiges culturels et des recherches archéologiques du Henan. Selon lui, l'os temporal et la voûte crânienne prouvent qu'il s'agit d'une espèce intermédiaire qui a vécu entre le sinanthrope (700 000 à 230 000 ans avant notre ère) et les premiers Homo sapiens (40 000 avant notre ère).

« C'est la première fois que l'on découvre en Asie de l'Est des fossiles qui ont des traits propres aux os des Néandertaliens (…). Il est fort probable qu'ils soient les ancêtres directs des Chinois modernes » a souligné l'archéologue.

À présent, les chercheurs chinois et leurs collègues américains analysent l'ADN des fossiles ce qui devrait permettre de faire la lumière sur cet homme préhistorique chinois.