vendredi 30 novembre 2012

Alepotrypa, une grotte géante qui aurait inspiré le mythe des Enfers grecs


IRIB- Alepotrypa, une grotte géante située au sud de la Grèce, aurait abrité, à l'époque du néolithique, des centaines de personnes. Également, lieu de culte, ce village, parmi les plus importants, en Europe, pourrait avoir inspiré le mythe des enfers grecs, après s'être effondré.

Situé dans le sud de la Grèce, Alepotrypa est une grotte géante découverte en 1958. "Les dires de certains affirment qu'un vieil homme du village voisin partant à la chasse au renard aurait suivi son chien jusque dans un trou et aurait découvert la caverne" raconte à LiveScience Michael Galaty, archéologue au Millsaps College dans le Mississipi. Il ajoute ironique : "C'est une histoire un peu douteuse qui varie en fonction de qui vous interrogez mais dans le village tout le monde s'accorde à dire que c'est le grand-père qui a fait la découverte".

Quelles que soient les origines de la trouvaille, Alepotrypa représente pour les archéologues un véritable trésor renfermant en son sein une multitude de secrets historiques. Aussi, au moment d'ouvrir la grotte aux touristes les chercheurs ont dû se battre pour que des mesures de protection soit prises pour préserver au maximum le site des éventuelles dégradations entrainées par les visiteurs. Par ailleurs, depuis 1970, des fouilles s'organisent régulièrement au sein de la caverne. Les experts affirment qu'elle aurait été la tanière de centaines de personnes à l'époque du néolithique, ce qui en fait un des villages préhistoriques les plus anciens et les plus importants en Europe.

Alepotrypa se compose de plusieurs salles et galeries dont la principale mesure 60 mètres de large pour 100 mètres de long et 30 mètres de hauteur. La surface totale de l'excavation s'étend sur près de 1.000 mètres de long et possède même deux lacs, un petit à l'entrée et un grand vers la sortie dans lequel Jacques-Yves Cousteau a déjà plongé. "La grotte fait penser aux mines de la Moria dans le film 'Le Seigneur des Anneaux', elle est vraiment impressionnante", souligne Michael Galaty.

Une cathédrale préhistorique

Depuis le début des fouilles, les chercheurs ont retrouvé des outils, des poteries, et même des objets en cuivre et en argent. Ces objets ont été réalisés au néolithique, une période également appelée "nouvel âge de pierre", initié en Grèce il y a environ 9.000 ans. "Alepotrypa a existé juste avant l'Age du Bronze dans la Grèce mycénienne. Aussi, nous sommes en quelque sorte capable de voir les débuts de l'époque qui a engendré les héros grecs", explique l'archéologue.

Selon ses conclusions, les habitants de la grotte auraient utilisé la caverne, non seulement comme un abri, mais aussi comme cimetière et lieu de rituel. Il souligne : "C'était une sorte de cathédrale préhistorique, un lieu de pèlerinage qui attirait des gens de partout dans la région et peut-être de plus loin". Les rituels d'enterrement impliquaient la plupart du temps la combustion d'énormes quantités de fumier et le dépôt de grandes quantités de poteries colorées

Les scientifiques ont découvert la vie dans un lac antarctique


Une équipe de scientifiques de l’Université du Nevada a découvert des populations de bactéries dans un lac endoréique au large des côtes antarctiques, a annoncé l’Académie nationale des sciences des Etats-Unis.

Les experts ont réussi à découvrir la vie d’une communauté de bactéries après avoir versé dans l’eau une substance colorant les cellules vivantes.

Les membres de cette communauté de bactéries âgée de près de 3 000 ans sont capables d’exister dans l’eau dont la température est moins 13,5 C.

Le lac se trouve à 18 mètres de profondeur et cumule les conditions rendant l’existence de tout être vivant a priori impossible.

Fin du monde : la NASA dément le risque de catastrophe cosmique


La NASA a démenti toutes les rumeurs de catastrophes cosmiques pouvant conduire à la fin de notre monde le 21 décembre prochain. Selon elle, aucune planète, ni astéroïde n'entrera en collision avec la Terre à cette date. Mais elle s'inquiète de la peur suscitée par ces rumeurs à travers le monde.

A moins d'un mois de la date du 21 décembre 2012, les sujets sur la fin du monde et l'apocalypse fleurissent sur le net et dans les journaux. D'où vient cette prédiction ? Qu'annonce t-elle réellement ? Quelle(s) catastrophe(s) pourrai(en)t conduire le monde à sa fin ? ou encore comment y survivre ? Les questions sont multiples et suscitent un vif intérêt. Face à une telle effervescence, la NASA a décidé de revenir sur les rumeurs pour discréditer les hypothèses : non, la Terre ne disparaîtra pas le 21 décembre 2012 et certainement pas à cause d'une autre planète ou d'une éruption solaire.

En effet, les rumeurs de fin du monde sont basées sur une mauvaise interprétation du calendrier maya. Le 21 décembre 2012, jour du solstice d'hiver, l'un des cycles du calendrier appelé "13e b'ak'tun" arrive à son terme. Ainsi, certains en ont déduit que les Mayas avaient prédit la fin du monde à cette même date. Depuis, de nombreux spécialistes ont largement démenti cette prédiction, mais cela n'a pas empêché l'apparition des mythes annonçant un évènement cosmique majeur qui provoquerait l'extinction de la vie sur Terre. 

Maxisciences.com

Pyramides Bosniaques (The Edge of Science)












De l'eau glacée découverte sur Mercure



La Nasa l'a annoncé ce jeudi lors d'une conférence...

Dans l'enfer de Mercure, la Nasa a confirmé une découverte surprenante, ce jeudi: la présence d'eau glacée, piégée dans des cratères du pôle nord.

«Attention, on ne dit pas qu'il peut y avoir de la vie. C'est même sans doute improbable», a précisé l'Agence lors d'une conférence tenue à son QG de Washington. Mais la présence d'eau pourrait relancer l'intérêt d'une mission à la surface de la planète la plus proche du Soleil, et aider à mieux comprendre comment la vie s'est formée sur Terre.

Sur Mercure, située trois fois plus près du Soleil que la Terre, la température au sol peut atteindre 400°C. Mais parce que la planète n'a presque pas d’atmosphère, il y fait froid la nuit. Surtout, à cause d'une inclinaison de son axe quasi-nulle (angle de 1°, contre 23° pour la Terre), une large zone du pôle nord n'est jamais touchée par les rayons du Soleil, avec des températures flirtant avec les -170°.

Des comètes impliquées

L'eau glacée n'a pas été détectée directement mais en mesurant la réflectivité de la surface via un spectromètre à neutrons. Selon les résultats, une couche riche en hydrogène de plusieurs dizaines de centimètres est enterrée sous environ 15cm d'un composé noir, sans doute organique. Traduction de de la Nasa: de l'eau glacée «presque pure» se trouve sous une couche «d'un truc collant».

Selon l'Agence, cette découverte confirme les théories actuelles: l'eau et les composés organiques –ce cocktail nécessaire à l’éclosion de la vie– auraient été amenés par des comètes ayant bombardé la surface des planètes du système solaire.

Il y aurait entre 100 et 1.000 milliards de tonnes de glace, soit des centaines de milliers de fois moins qu'au pôle nord sur Terre. Mais, précise la Nasa, c'est largement suffisant pour les besoins d'une colonie terrestre qui vivrait enterrée quelques mètres sous la surface, bien au chaud.

Philippe Berry

jeudi 29 novembre 2012

Un gène de l'éternelle jeunesse découvert chez un invertébré aquatique


En étudiant le génome d'un polype d'eau douce réputé 'immortel', des chercheurs allemands y ont découvert un gène dont ils ont établi le lien avec cette longévité hors norme. Selon eux, le fameux gène est également présent chez l'Homme.

La quête de l'éternelle jeunesse et même de l'immortalité fait depuis des décennies l'objet de très nombreux travaux scientifiques. Est-il possible d'empêcher le vieillissement de notre organisme et ainsi en prolonger indéfiniment la survie ? Pour l'heure, la réponse reste négative. Néanmoins, la recherche progresse de plus en plus dans le domaine et fait parfois des découvertes plus qu'intéressantes.

C'est notamment le cas de la trouvaille récemment décrite dans la revue Labor Praxis par Thomas Bosch et des chercheurs de l'Université Christian Albrecht de Kiel (Allemagne) et de l'Hôpital universitaire de cette ville. Chez un animal appelé hydre, ceux-ci ont réussi à dénicher un gène qui lui permet de conserver une éternelle jeunesse. En effet, ce cnidaire (invertébré primitif) de quelques millimètres vivant dans des lacs et des cours d'eau, a la faculté de se régénérer presque indéfiniment, notamment grâce à des cellules souches très dynamiques et particulièrement promptes à se diviser. Des individus subsistent ainsi en laboratoire depuis plus de cinquante ans et sont en aussi bonne santé qu'au début de leur captivité.

Le gêne FoxO, très actif chez les hommes centenaires

Toutefois, les mécanismes impliqués dans cette longévité restaient floues jusqu'ici. Pour en savoir plus sur ces étranges polypes, les chercheurs ont donc étroitement étudié leur génome et identifié un gène appelé FoxO, également présent dans le génome des autres animaux, dont l'Homme. Or, après avoir désactivé le fameux gène chez plusieurs spécimens, les scientifiques ont observé chez ceux-ci un vieillissement et un affaiblissement du système immunitaire. Autrement dit, les animaux sont devenus bien plus vulnérables aux maladies que leurs congénères.

Des études antérieures avaient déjà décelé, chez des humains centenaires, un gène FoxO particulièrement actif. Cette nouvelle recherche renforce donc l'intérêt porté à ce gène et l'équipe de Thomas Bosch compte bien poursuivre ses travaux sur le polype et son extraordinaire longévité, en liaison avec les recherches d'autres généticiens travaillant sur d'autres espèces, notamment l'Homme.

Un trou noir, hors-norme, découvert, dans une galaxie lointaine


IRIB- Des astronomes pensent avoir découvert le plus gros trou noir jamais observé: un monstre doté d'une masse équivalent à 17 milliards de fois celle de notre Soleil. Il se cache au coeur d'une lointaine galaxie.

Ce trou noir est si gigantesque qu'il représente 14% de la masse totale de sa galaxie, contre, seulement, 0,1%, habituellement. Une proportion tellement élevée qu'elle pourrait contraindre les spécialistes à réviser leurs théories, sur la formation des galaxies, estiment-ils.

Le monstre "NGC 1277" est situé à 220 millions d'années-lumière de nous, dans une galaxie dix fois plus petite que notre Voie Lactée. La gueule du trou noir est énorme: onze fois plus large que l'orbite de la planète Neptune autour du Soleil.



Phenoxyéthanol: déclaré dangereux dans les lingettes pour bébés mais... pas dans les vaccin !


Un lecteur vigilant a bien fait de nous signaler cette Xième contradiction préoccupante: alors que l'Agence française du Médicament (ANSM) vient récemment de recommander d'éviter chez les enfants de moins de 3 ans les lingettes pour bébés à base de phenoxyéthanol - suspecté d'être toxique pour la reproduction- lorsqu'elles sont destinées au siège et d'en réduire fortement les doses pour les lingettes destinées à d'autres usages, la présence de cette même substance dans les vaccins, pourtant profondément injectée par voie intra-musculaire à de jeunes enfants au système reproductif encore largement immature, ne semble pas véritablement émouvoir cette même agence.

Il faut toutefois rappeler que c'est la même Agence qui a tout récemment refusé de financer la poursuite des travaux de l'équipe du Pr Gherardi du CHU Henri Mondor de Créteil sur la toxicité de l'aluminium vaccinal alors même que cette agence avait pourtant explicitement recommandé en 2011 de réduire la concentration d'aluminium dans les déodorants et de ne pas utiliser des anti-transpirants à base d'aluminium sur une peau lésée. Là aussi, on peut donc dire qu'il s'agit d'une énorme incohérence quand on sait que les vaccins à base d'aluminium sont injectés profondément dans l'organisme par voie intramusculaire!

Ces sagas ressemblent aussi à la critique du formaldéhyde ménager dans les médias, incriminé sans trop de problèmes lorsqu'il provient des meubles ou de la pollution des maisons, mais en oubliant toutefois la première et la plus précoce des "pollutions intérieures" à savoir celle des vaccins dont plusieurs contiennent ce formaldéhyde, pourtant classé cancérigène certain, et ce alors même que les vaccins ne sont jamais soumis à la moindre évaluation de leur potentiel cancérogène (contrairement aux autres médicaments) et que plusieurs chercheurs ont déjà tiré la sonnette d'alarme sur la sous-estimation de la toxicité de plusieurs produits chimiques à soi-disant "faibles doses"!!

Des agences qui SAVENT les risques de cancers et de troubles pour la reproduction de substances pourtant autorisées et tolérées dans les vaccins, ne font en réalité qu'apporter la preuve lamentable au public qu'elles préfèrent protéger des dogmes plutôt que la santé publique réelle.

Le Gangnam Style précipitera la fin du monde




PROPHÉTIE — Il n’y a pas que les mayas qui s’inquiètent. L’apocalypse est proche, et le tube de Psy pourrait y être pour quelque chose, selon un homme visiblement très préoccupé.

«Par mesure de sécurité, il faudrait que «Psy» retire sa vidéo. Pour le bien du monde». Non, ce n’est pas un mélomane qui le dit, mais Guillaume Leroy. Cet étudiant en littérature de la Renaissance, selon sa description, est l’auteur d’une révélation pour le moins surprenante au sujet du fameux «Gangnam Style» du chanteur Sud-coréen.

Au sujet de son tube planétaire, on pensait que tout avait été dit, on est d’accord. Mais non. Ce lecteur de Nostradamus nous apprend - sur la base d’une obscure prophétie évoquant un «matin calme», une «fin qui viendra», un «cheval qui dansera» et «neuf cercles alignés» - que le tube risquerait de nous amener au chaos. Vous n’y comprenez rien? Pas grave, Guillaume Leroy oui.

Il nous aura prévenu

Le «matin calme» de Nostradamus désignerait simplement la Corée natale de Psy, selon l’expression courante, et le «cheval dansant» évoquerait la chorégraphie du tube. Quant «aux neuf cercles alignés», ils correspondraient au moment où la vidéo aura été vue un milliard de fois. Un moment qui devrait être atteint le 21 décembre, après de savants calculs. Soit le jour de la fin du monde selon un calendrier maya. Tout devient plus clair.

Peut-être de simples coïncidences, admet l’auteur de la vidéo. Mais, au moins, il nous aura avertis, soupire-t-il. Et comme un homme averti en vaut deux, des dizaines de milliers de personnes ont déjà écouté son cri du cœur sur YouTube. Espérons qu’ils ne seront pas un milliard le 21 décembre!

mercredi 28 novembre 2012

Le robot Curiosity découvre des molécules organiques simples


Le robot américain Curiosity aurait découvert sur Mars des molécules organiques simples. Charles Elachi, directeur du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA responsable pour les recherches l'a déclaré aujourd'hui au cours d'une conférence de presse. « Il va de soi que ce sont des conclusions préliminaires qui demandent une confirmation », a-t-il précisé ayant ajouté que le JPL disposerait de la totalité des données le 3 février prochain. Néanmoins, si l'information sur la découverte sur Mars des molécules organiques est confirmée, cela permettra aux spécialistes de se rapprocher de la réponse à la question de savoir si une forme de la vie avait existé sur la planète rouge.


------------------------------------------
30/11/12

 Mars : la NASA dément la découverte de matière organique


Le robot américain Curiosity n’a découvert aucune molécule organique sur Mars, ont annoncé les spécialistes du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA responsable des recherches.

Le JPL organisera le 3 décembre une conférence sur le travail du robot.

« A ce stade de la mission les instruments du robot n'ont détecté aucune trace de matière organique martienne », ont indiqué les spécialistes. T


L'Inde, leurs textes anciens, et leurs technologies très avancées


Il n'y a pas de restes de l'ancienne technologie aérienne Indienne mais des références sur ces machines volantes sont communes dans les anciens textes indiens. Plusieurs épopées épiques anciennes décrivent leur utilisation en temps de guerre.

La plupart de ces écrits sont consolidés par des textes encore plus anciens datant du 4, 5 et 6eme siècle avant JC et préservés par les monarques qui gouvernaient les Indiens a cette époque.

Les scripts prennent bien soin de censurer le fait que tous leurs écrits sont basés sur des sources authentiques. Malheureusement, les documents traduits de ces librairies n'indiquent pas quelles sources des anciennes épopées indiennes sont utilisées. Plus de 95% de ces anciens écrits restent non traduit.

Les épopées anciennes les plus connues, traduites de l'ancien texte Sanskrit, sont la Mahabarata et le Ramayana.

Ces deux épopées décrivent des guerres anciennes dont la férocité a détruit l'ancien monde préhistorique. La guerre entre les combattants se faisait avec de puissants engins aériens, le plus connu est le " Vimana "(reproduction d'un vimana retrouvé chez les pré-inca en photo). Aussi bien le Mahabarata que le Ramayana décrivent le Vimana comme étant un appareil aérien en forme de dôme circulaire ou de cigare. Des détails spécifiques pour construire ces appareils sont fournis dans la strophe 230 du Vaimanika Sastra, datant d'environ 400 ans avant JC et traduit en 1875.

Un des aspects le plus surprenant des épopées indiennes est que ces guerres sont similaires aux techniques des combats aériens modernes. Les textes décrivent des méthodes pour préserver l'essence en volant à différentes altitudes, des atterrissages d'urgence causaient par la menace ennemie, et des dommages provoquaient par les impacts des oiseaux.

D'autres strophes préviennent sur l'importance a éviter, en haute altitude, les tempêtes et comment absorber l'énergie des rayons du soleil pour recharger les appareils volants. Le Vaimanika Sastra dédit 8 chapitres a des diagrammes qui décrivent les trois types d'appareils volants. Il mentionne aussi les 31 parties essentielles de ces véhicules et les 16 matériaux qui les constituent.

Quand ils ne sont pas utilisés, les Vimanas sont gardés a Vimana Griha, lieu qui aurait été un hangar fortifié. Ils étaient alimentés par un liquide jaune blanchâtre et un cœur rempli d'un composant au mercure. Le Vedas, ancien poème Hindou, et qui pourrait être le plus ancien texte indien, décrit les Vimanas comme étant de formes et de tailles variées et dit qu'il y avait beaucoup de formes différentes, cela dépendait de l'utilisation.

L'empereur Indien Ashoka était si convaincu de la réalité de ces anciennes déclarations qu'il créa une "Société secrète de neuf hommes inconnus " composés de neufs grands scientifiques indiens et qui étaient supposés cataloguer toutes les sciences et superviser le retrait de toute l'information ancienne de la vie publique. Il craignait que les sciences avancées décrites dans les sources indiennes puissent causer une destruction de son empire comme cela c'était passé durant l'ancien empire Rama.

L'empire Rama est décrit dans le Mahabarata et le Ramayana. Ils le décrivent comme une civilisation ayant une technologie supérieure et dans laquelle la caste noble était capable de voyager partout sur Terre et sur la lune et même vers les étoiles. A son apogée, l'empire Rama s'étendait vers le nord de l'inde et le Pakistan, il y a environ 12000 ans.

L'empire possédait 7 grandes capitales appelées les sept cités Rishi. Les nobles voyageaient d'une cité a l'autre par les airs bien qu'un texte Jain, daté du 8eme siècle avant JC, dit que des chariots aériens étaient utilisés pour le transport normal et étaient appelés Pushpaka et pouvaient emmener beaucoup de personnes d'une capitale a une autre. A plus haut de l'empire, il y avait beaucoup de machines volantes traversant les cieux et qui montraient l'éclat jaune de leurs moteurs aux spectateurs nocturnes.

L'empire Rama était menacé par un ennemi utilisant ses propres machines volantes appelées "Vailixi".Ces envahisseurs avaient une technologie plus grande que les Ramas et étaient appelés les " Asvins ", un label qui a emmené beaucoup de théoriciens new-age à penser que ces agresseurs mystiques provenaient de l'atlantide.

L'appareil Vailixi avait la plupart du temps la forme d'un cigare, plus rond q'un Vimana, et pouvait voyageait à travers l'eau aussi bien que l'air. Une capacité inconnue des véhicules de l'empire Rama. Les Ramas ont défendu leur empire avec des armes terribles et possédaient une puissance destructive incroyable. Le Mahabharata décrit le conflit comme suit :

" Un éclair de fer, un messager gigantesque de la mort, qui réduisait en cendres une race entière de Vrishmis et les Andhakas... les corps étaient si brûlés qu'ils étaient méconnaissables, les cheveux et les ongles tombaient. Les poteries se cassaient sans cause apparente, et les oiseaux devenaient blancs. Après quelques heures, toute la nourriture fut infectée... Pour échapper à ce feu, les soldats se jetaient dans les ruisseaux, afin de se laver eux et leurs équipements... "


Le Mahabharata

Bien qu'aucune trace physique des Vimanas ou des Vailixis n'aie jamais été trouvée, une preuve d'un conflit utilisant des armes nucléaires existe. Une explosion mystérieuse et de proportion atomique apparaît dans la cité de Mohenjo Daro, dont la rumeur prétend, depuis longtemps, qu'elle serait une des 7 cités de Rishi. De plus, les mythologies Egyptienne et sumérienne parlent elles aussi de ces échanges nucléaires durant la guerre entre les dieux qui conduisaient chacun leur propre chariot flambant.

La bible décrit la dévastation des cités jumelles de Sodome et Gomorrhe de manière identique aux récits babyloniens et parlent de dieux incinérant les cités pour massacrer les opposants.

En 1990, des excavations chinoises dans les ruines de Lhasa, dans les montagnes du Tibet, ont découvert une petite librairie avec des documents écrits en Sanskrit. Les autorités chinoises ont estimé ses documents assez importants pour les envoyer à l'Université de Chandrigarh afin de les traduire.


Le Dr Ruth Reyna a passé plusieurs semaines a traduire le texte en chinois et en anglais et a ensuite annoncé que les documents contenaient des instructions pour construire des vaisseaux spatiaux interstellaires !

Son annonce a emmené une réponse immédiate de la part des autorités de l'ouest qui avaient traduit les textes. Les linguistes ont réfuté le fait que les documents parlent de voyages interplanétaires mais ils sont d'accord sur le fait qu'ils décrivent des préparations pour une expédition lunaire.

Alexandre le Grand a repoussé aussi loin que possible les Indiens durant sa conquête du monde en 332 avant JC

Ses historiens ont gardé des enregistrements de l'invasion et des terres qu'ils ont découvert. Bien que plus tard, ces écrits aient été enjolivés pour augmenter la gloire d'Alexandre, les chroniqueurs ont noté qu'a un moment de leur invasion, ils ont été attaqués par des " boucliers enflammés et volants " qui ont effrayé la cavalerie et ont forcé Alexandre a regrouper son armée. Par la suite, il a conquis l'Inde sans résistance aérienne.

Adolf Hitler était si impressionné par ses études sur les anciens textes indiens et leurs déclarations sur les armes Vimanas qu'il a envoyé plusieurs expéditions a travers l'inde ,dans les années 30, afin de trouver toute la technologie secrète possible et qui pourrait permettre à l'armée de l'air allemande de dévaster n'importe qu'elle nation contre le partie Nazie.

Heureusement, ses expéditions ont échoué. Si Hitler avait pu construite un engin équivalent aux Vimanas, son armée aurait pu être invincible.


Exemples de textes anciens :


"A une époque, alors que le roi Citaketu voyageait dans l'espace extérieur dans un aéroplane brillant qui lui avait été donné par Lord Vishnu, il vit Lord Siva.... Les flèches réalisées par Lord Siva ressemblaient à des rayons embrasés émanant du globe solaire et recouvraient les trois avions résidentiels qui ne pouvaient alors plus être vu. "(Srimad Bhagasvatam)

"Voici maintenant le Grand chariot de Vata ! La destruction vient avec lui et le tonnerre est son bruit. Les cieux il touche, faisant rougeoyer la lumière (un fier éclat rouge) et fait tourbillonner la poussière sur la terre " (Rig-Veda - Vata est le nom du vent aryen)

"Un chariot aérien, le Pushpaka, transporte beaucoup de personnes a la capitale d'Ayodhya. Le ciel est plein de machines volantes suspendues, aussi noires que la nuit, mais pleines de lumières avec un halo jaune. " (Mahavira of Bhavabhuti)

"Le cruel Salva est arrivé monté sur le chariot Saubha qui pouvait aller n'importe ou, et de lui, il a tué beaucoup de jeunes vaillants Vrishni et a méchamment dévasté tous les jardins de la cité. " (The Mahabharata)


Il y a un témoignage par le héros Krishna qui suggère des armes modernes. Alors qu'il montait dans le ciel pour poursuivre Salva : " Il s'accrocha à son Saubha dans le ciel, a une longueur d'avance....Il me jeta des rockets, des missiles, des lances, des pointes, des haches, des javelots, des torches, et sans aucune pause, le ciel, semblait contenir des centaines de soleils, une centaine de lunes... et des myriades d'étoiles. A ce moment, il n'était plus possible de faire la différence entre le jour et la nuit. " (Bhaktivedanta, Swami Prabhupada, Krsna) "le véhicule Puspaka qui ressemblait au soleil et appartenait à mon frère avait été apporté par le puissant Rayan, cet excellent et puissant véhicule pouvait aller n'importe ou......il ressemblait à un nuage lumineux dans le ciel " " Et le Roi (Rama) l'a eu, et l'excellent véhicule aux commandes de Ragira, s'est élevé plus haut dans l'atmosphère ". (Ramayana) "Solide et durable doit être fait le corps du Vimana, comme un grand oiseau volant fait de matière légère. A l'intérieur doit être mis le moteur a mercure avec son appareil métallique chauffant en dessous. Grâce à la puissance latente dans le mercure qui permet le déplacement, un homme assis à l'intérieur peut voyager à grande distance dans le ciel. Les mouvements du Vimana sont tels qu'il peut monter verticalement, descendre verticalement, s'incliner en avant et en arrière. Avec l'aide des machines, l'être humain peut voler dans l'air et finalement revenir sur le sol " etc.

Inde, de curieuses machines volantes Dans la littérature Védique de l'Inde ancienne, nous trouvons des descriptions de machines volantes qui s'appellent généralement les Vimanas. Les Vimanas, dit le texte Védique, sont des vaisseaux qui volent à l'aide "d'ailes d'oiseaux", et sont pilotés d'une façon "mystérieuse". Ces vaisseaux ne sont généralement pas faits par les êtres humains mais par les dieux(?). Ces machines sont décrites principalement dans les travaux médiévaux et séculaires Sanskrit traitant de l'architecture, des automates, de moteurs utilisés lors de sièges militaires, et d'autres adaptations mécaniques. Ces appareillages sont décrits dans les travaux antiques tels que le Rig Véda, le Mahabharata, le Ramayana, et le Puranas.

Les Vimanas peuvent avoir une contenenance d'un homme à une trentaine. D'après les descriptions, une sorte de tableau de bord semi circulaire permet de manoeuvrer le vaisseau avec la "rapidité de l'éclair". Parfois utilisés pour des mouvements de troupes, nous les retrouvons aussi sous forme de bombardiers lâchant des bombes dont les explosions ressemblent à nos champignons atomiques... Avec de telles descriptions, comment ne pas penser à nos actuels avions militaires?

Quelquefois, les Vimanas sont décrits comme des cités volantes, ce qui explique le terme "d'avions résidentiels" dans le texte. D'autres armes sont aussi mentionnées. Dans le passage de la montée des tensions il est dit :


"Le fils de Bharadvaja dit alors au grand guerrier : -Prends cette arme suprême et irrésistible nommée Brahmasiras que je te donne avec le moyen de la lancer et de la faire revenir à soi. Mais en aucun cas tu ne devras l'employer contre des humains car elle consumerait l'univers si elle était lancée sur quelqu'un qui n'a pas suffisamment de tejas (pouvoirs)".

Une fois de plus il est étrange de retrouver un tel fourmillement de détails techniques contemporains dans des textes aussi anciens et relatant des périodes encore plus lointaines...

mardi 27 novembre 2012

La première explosion nucléaire en Inde date d'il y a...8 000 ans !



En inde, une cite vieille de 8000 ans est irradiée comme si elle avait subi une explosion nucléaire. Les radiations sont encore si intenses que la zone est extrêmement dangereuse. Une grosse couche de cendres radioactives recouvrent plus trois miles de surface a Rajasthan., a 10 miles a l'ouest de Jodhpur. Les scientifiques enquêtent sur le site, ou des bâtiments sont construits. Il a été établi qu'il y avait un très haut de cancer et de malformations a la naissance dans cette région en cours de construction.

Les niveaux de radiations enregistrés par les enquêteurs sont si élevés que le gouvernement indien a maintenant ordonné de fermer la région. Les scientifiques ont déterré une ancienne cité contenant des preuves d'une explosion atomique datant entre 8000 et 12000 ans et qui a détruit la plupart des immeubles et probablement 1 demi-million de personnes.

Un des chercheur estime que la bombe nucléaire utilisée devait être de la taille de celles lancées sur le Japon en 1945. Le Lahabharata décrit clairement une explosion catastrophique qui toucha le continent.

" Un seul projectile chargé avec toute la puissance de l'Univers….Une colonne incandescente de fumée et de flammes aussi lumineuse que 10000 soleils et s'élevant dans toute sa splendeur…..C'était une arme inconnue, un éclair de fer, un message gigantesque de mort qui réduisit en cendres une race entière.

" Les corps étaient si brûlés qu'ils étaient méconnaissables. Leurs cheveux et leurs ongles tombaient, sans cause apparente, et les oiseaux devenaient blancs.

" Après quelques heures, tous les aliments furent infectés. Pour échapper à ce feu, les soldats se jetèrent dans la rivière " Kisari Mohan Ganguli, historien, dit que les textes sacrés indiens sont remplis de telles descriptions qui ressemblent à une explosion atomique comme elle fut testée à Hiroshima et Nagasaki. Il dit que les références mentionnent des chariots volants dans le ciel et des armes finales. Une ancienne bataille est décrite dans le Drona Parva, une section du Mahabharata. "Le passage parle de combats dans lesquels les explosions des armes finales décimaient des armées entières, repoussants des masses de soldats avec leurs coursiers et leurs éléphants comme s'ils étaient des brindilles. " dit Ganguli, " a la place de champignon atomique, l'auteur décrit une explosion perpendiculaire avec ses nuages de poussières se soulevant comme des parasols géants en train de s'ouvrir.Il y a des commentaires a propos de la contamination de la nourriture et les cheveux tombants des gens " Francis Taylor, archéologue, dit que des gravures se trouvant dans des temples proches suggèrent qu'ils priaient pour être épargnés de la grande lumière qui venait mettre en ruine la ville.

"C'est si contraignant d'imaginer qu'une civilisation ait eu la technologie nucléaire avant nous. La poussière radioactive crédibilise les enregistrements anciens qui décrivent des guerres atomiques."

La construction a été arrêtée pendant que les 5 membres de l'équipe effectuaient leur enquête. Le responsable du projet est Lee Hundley, qui fut le premier a enquêter après que le haut niveau de radiation ait été découvert.

Références :

Histoire des vimanas par le docteur Srikumar V. Gopalakrishna. Yantras ou Adaptations Mécaniques dans l'Inde Ancienne par V. Raghavan. Un hommage à l'Hindouisme de Sushama Londhe 

 Source : Rusty James

lundi 26 novembre 2012

Pierres d’Ica : une lettre des temps anciens ?



Trop paresseux pour terminer la rédaction de leur calendrier, les Indiens Maya ont fait trembler leurs descendants dans l’attente de la fin du monde. Mais certains d’entre eux ont pris la peine de réaliser des gravures sur des milliers de pierres pour envoyer dans le futur une bonne nouvelle : la fin du monde a déjà eu lieu. Cette année, des fossiles étranges ont été découverts au Kamtchatka. On aurait pu les prendre pour des restes d’animaux anciens. Seul un fait laissait les spécialistes perplexes : ces créatures avaient des formes très précises. Les fossiles ressemblaient à des parties d’un mécanisme, comme s’il s’agissait des roues dentées de tailles différentes. A en juger par la couche où on a trouvé ces éléments, ils devraient avoir environ 400 millions d’années. L’archéologue de Saint-Pétersbourg Iouri Goloubev qui a retrouvé ces éléments, tout comme ses collègues américains, a confirmé que les fossiles ressemblent à des éléments d’une machine.

La science a ignoré cette découverte du Kamchatka. Et les journalistes se sont rappelés des autres découvertes qui ont fait sensation. Il s’agit notamment des objets sphériques étranges dont la taille varie entre 2,5 et 10 centimètres, que les mineurs de la ville de Klerksdorp en Afrique du Sud retrouvaient parfois. L’âge approximatif de la roche dans laquelle ces sphères ont été retrouvées atteint 3 milliards d'années. Les archéologues ne sont pas d’accord quant à l’origine de ces objets anciens. Ceux qui défendent leur origine artificielle font valoir que ces sphères portent des signes évidents de traitement technologique, notamment des incisions longitudinales. Quant aux géologues, ils estiment que les sphères sont d’origine naturelle et ces incisions sont le résultat de l’oxydation et l’exposition à l’air.

Il est plus difficile d’expliquer par des causes naturelles la découverte faite en 1934 par Emma Khan, originaire de la petite ville de London dans l’état américain du Texas. Dans un morceau de roche, elle a trouvé un marteau en métal. Sa poignée, étant à l’origine en bois, s’est solidifiée avec le temps. Mais le marteau s’est bien conservé car il est fait en métal de bonne qualité que les hommes ont réussi à fabriquer il y a seulement 10 000 années. Le paradoxe, c’est que ce marteau « s’est enraciné » dans la roche pétrifiée, dont l'âge est estimé à au moins 65 millions d'années. Autrement dit, tout cela est arrivé à l'époque des dinosaures.

Toutefois, les archéologues estiment que les hommes capables de fabriquer des marteaux de cette qualité ne sont apparus sur Terre que plusieurs millions d’années après l’extinction des dinosaures. Ils ne pouvaient donc pas voir des dinosaures vivants. D’ou viennent alors les dessins sur les pierres dans la province péruvienne d'Ica?

Ces dessins représentent de vrais dinosaures des espèces différentes : des triceratops, des stégosaures, des tyrannosaures et des brontosaures. Des hommes sont également présents sur certains dessins. Ils font soit la chasse aux dinosaures, soit les utilisent comme un moyen de transport, voyageant sur le dos des tricératops ou volant avec les ptérodactyles. Sur certaines pierres d’Ica on peut voir des images des mammifères qui sont caractéristiques uniquement pour le continent américain. Sur d’autres pierres sont représentées des scènes de transplantations du cœur, et même du cerveau, ainsi que des dessins des systèmes stellaires et des appareils volants. En voyant ces dessins d’Ica pour la première fois, on a tendance à penser qu’il s’agit de fausses pierres, fabriquées exprès pour des touristes crédules.

Pour la première fois ces pierres aux animaux étranges sont mentionnées en 1570 dans la chronique de l’historien indien Juan de Santa Cruz Pachacuti qui s’appelle Relation de dades antique d'este Reyno del Peru (légendes anciennes du royaume du Pérou). Au début des années 1960, les pierres d'Ica ont été vendues à bas prix sur le marché noir des antiquités au Pérou. Elles sont devenues célèbres grâce au professeur de médecine de l’Université de Lima Javier Cabrera (1924-2001). Ayant reçu sa première pierre pour son anniversaire en 1961, il a passé les 40 années suivantes à étudier des pierres et des roches. Il a même créé un musée, qui abrite actuellement une collection de plus de 11 000 pierres d’une taille de 30 cm à 1,5 m, gravés ou couverts de motifs différents. En 1976, Cabrera a publié un livre intitulé The message of the Engraved Stones of Ica (le Message des pierres gravées d'Ica), dans lequel il avance l'hypothèse qu’une civilisation développée qui existait sur Terre aurait enregistré sur ces pierres l'histoire de l'Humanité et les a laissées sur la planète avant de la quitter à cause d'une catastrophe mondiale. Cela aurait pu être le cas, par exemple, avant le déluge biblique. Les pierres ont été choisies comme un matériau qui peut survivre à tout bouleversement. Quant aux dessins, notamment ceux qui représentent des scènes avec des opérations chirurgicales, ils auraient été conçus pour faire passer des messages à l’Humanité survivante à la catastrophe.

Cabrera a remporté le titre de « Fils adoré de la ville » à Ica et une médaille d’or. Mais nombreux étaient ceux qui trouvaient le professeur fou et falsificateur. Les pierres d’Ica étaient considérées comme une falsification moderne, et plus personne n’y prêtait attention. Ce verdict a été fondé, notamment sur le témoignage de chercheurs péruviens qui avaient admis avoir gravé les pierres eux-mêmes.

Toutefois, selon l'historien russe Andreï Joukov, les arguments des opposants de Cabrera qui visent à discréditer ses conclusions et déclarer sa collection avec des gravures de contrefaçon ne tient pas la route :

« Tout d'abord, la vente illégale d'antiquités au Pérou est considérée comme un crime. Par conséquent, les personnes qui ont fourni ces pierres à Cabrera, devaient indiquer qu’ils ont fabriqué les pierres pour éviter des poursuites pénales. D'autre part, les différentes techniques de falsification diffèrent des véritables gravures sur pierre. Troisièmement, l'examen de dizaines de pierres, avec des images de dinosaures, réalisé à la demande de Cabrera par Mauricio Hochshild Mining Co., a confirmé leur authenticité. Des résultats similaires ont été présentés lors de l’expertise à l'Université de Bonn, l'Université de Lima et le laboratoire de l'Ecole d'Ingénierie de Lima ».

Joukov souligne que les images de certains dinosaures sont bien la preuve de l'authenticité de la collection d'Ica, dont les restes de dinosaures ont été découverts par des paléontologues au début des années 1990, beaucoup plus tard que l’année au cours de laquelle ces objets ont fait parties de la collection de Cabrera ! Il s’agit d’une image de diplodocus avec des plaques sur sa colonne vertébrale, semblables à ceux que possédaient les stégosaures. Il est peu probable que les paysans péruviens illettrés, qui s’occupaient de la fabrication de fausses pierres, aient pu imaginer cet animal rare avec autant de détails. L’hypothèse que des chimistes expérimentés, puissent faire « vieillir » ces pierres pour tromper l’oeil des experts n'a pas l'air très réaliste. Enfin, il serait difficile de cacher l'existence de ces laboratoires qui ont produit des dizaines de milliers de pierres gravées.

La collection de Cabrera a de fortes chances d'être vraie. Mais si l'on est d’accord avec cette affirmation, la conception actuelle de l'histoire de la Terre pourrait alors être remise en question. Et il a de nombreuses preuves pour appuyer cette hypothèse. /L


vendredi 23 novembre 2012

Makemake, une planète naine et glacée, qui n'a pas d'atmosphère


IRIB- Des astronomes ont utilisé trois télescopes de l'Observatoire européen austral (ESO), au Chili, pour observer une planète naine connue sous le nom de Makemake. Ils ont découvert que celle-ci, bien que similaire à Pluton, était dépourvue d'atmosphère globale.

C'est en 2005 que la planète Makemake a été découverte à quelque 7,9 milliards de kilomètres du Soleil. Mais il a fallu attendre 3 ans avant qu'elle soit formellement reconnue comme une planète naine par l'Union astronomique internationale. Tirant son nom d'un dieu des Rapanui, le peuple d'origine de l'Ile de Pâques, Makemake est le 3e plus gros objet connu au-delà de Neptune, après Eris et Pluton. Mais si les observations ont permis de percer plusieurs de ses mystères, notamment ses caractéristiques orbitales, on est encore loin de tout savoir.

C'est du moins ce que suggère une étude tout juste publiée dans la revue Nature et relayée par l'Observatoire européen austral (ESO). Menée par une équipe internationale de chercheurs, elle révèle que la planète n'aurait tout simplement pas d'atmosphère, contrairement à ce que l'on pensait jusqu'ici. En effet, de précédentes observations de la glaciale Makemake avait montré qu'elle était similaire en taille et en composition à ses planètes naines congénères. Les scientifiques s'attendaient ainsi à qu'elle possède également une atmosphère comparable à celle de Pluton. Mais il n'en est rien.

Une configuration céleste rare

Pour arriver à cette conclusion, l'équipe a utilisé trois télescopes de l'ESO situés au Chili : le Very Large Telescope (VLT), le New Technology Telescope (NTT) et le TRAPPIST (TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope) ainsi que les données d'autres petits télescopes. Tous ces instruments ont permis d'observer la planète naine dans une configuration rare alors qu'elle passait devant une étoile lointaine de la constellation de la Chevelure de Bérénice.

Or, "tandis que Makemake passait devant l'étoile et la bloquait, l'étoile a disparu et est réapparue très brusquement, au lieu de disparaitre et de s'illuminer graduellement. Cela signifie que la petite planète naine n'a pas d'atmosphère significative", explique José Luis Ortiz de l'Institut astrophysique de Grenade. "On pensait que Makemake avait une bonne chance d'avoir développé une atmosphère - le fait qu'elle n'en est aucune montre à quel point nous avons encore à en apprendre au sujet de ces corps mystérieux", ajoute t-il cité dans un communiqué de l'ESO.

Une planète de forme allongée

Il faut dire que Makemake n'est pas vraiment simple à observer dans la mesure où elle n'a pas de lune et qu'elle se trouve à une grande distance de nous. Le passage devant l'étoile a ainsi fourni une occasion unique de la scruter plus en détail et d'en savoir plus sur elle. Grâce à cela, les scientifiques ont pu déterminer que la planète présente une forme allongée avec des dimensions de 1.430 km sur 1.502 km. Sa densité a également pu être évaluée pour la toute première fois, comme son pouvoir réflecteur moyen. Avec 77%, Makemake renvoie davantage de rayonnement solaire que Pluton (52%), mais moins qu'Eris (96%). Par comparaison, la neige fraîche a un albédo de 80%.

"En découvrir plus sur les propriétés de Makemake pour la première fois est un grand pas en avant dans notre étude du club fermé des planètes naines glacées. Pluton, Eris et Makemake sont parmi les plus grands exemples des nombreux corps glacés qui orbitent loin de notre Soleil", précise encore Ortiz. "Nos nouvelles observations ont grandement amélioré notre connaissance de l'une des plus grandes, Makemake - désormais, nous allons être capables d'utiliser cette information alors que nous explorons les intrigants objets de cette région de l'espace plus lointain".


jeudi 22 novembre 2012

L'heure de notre mort est, déjà, déterminée par notre ADN



Une nouvelle étude indique qu'il serait possible de prédire l'heure à laquelle un individu mourra, en analysant les différentes versions d'un gène, en particulier. Les facteurs génétiques peuvent déterminer certaines caractéristiques de notre corps comme la couleur des cheveux, le groupe sanguin, ou encore la susceptibilité à développer des maladies particulières. Mais depuis peu, des chercheurs américains affirment avoir trouvé un gène capable de prédire quelque chose de bien plus sinistre, à savoir, l'heure de la journée à laquelle une personne peut mourir.

Pour en arriver à une telle conclusion, les scientifiques ont étudié minutieusement le génome lié au rythme circadien et aux habitudes de sommeil de 1.200 personnes âgées de plus de 65 ans et en bonne santé. Une analyse prévue initialement pour un programme de recherche sur le développement des maladies de Parkinson et d'Alzheimer mais qui a été élargie après la découverte d'un gène particulier. Appelé "Périod 1", celui-ci peut s'exprimer sous deux versions différentes : avec une base adénine (A) ou avec une base guanine (G). De cette manière un sujet peut présenter trois combinaisons différentes : AA, AG ou GG.

Les résultats de l'étude, publiés dans la revue Annal of neurology, révèlent ainsi que les individus présentant la variante du gène à base adénine (AA ou AG) ont tendance à mourir avant 11 heures tandis que ceux présentant la version à base guanine (GG) meurent généralement avant 18 heures. Par ailleurs la probabilité que chacune des combinaisons s'exprime chez un sujet est de 36% pour le génotype AA, 48% pour le génotype AG et seulement 16% pour le génotype GG.

Une découverte pour améliorer le traitement des maladies

"Il y a réellement un gène qui prédit le moment de la journée où vous allez mourir. Pas la date heureusement, mais le moment de la journée" indique dans un communiqué Clifford Saper chef du département de neurologie au Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) à Boston. Outre l'aspect insolite que représente une telle découverte, les chercheurs espèrent que leur étude va permettre d'améliorer les traitements de certaines maladies graves.

"L'horloge biologique interne régit de nombreux aspects de la biologie et du comportement humain. Il influe également sur le calendrier de graves événements médicaux, tels les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques" explique dans un communiqué Andrew Lim, principal auteur de l'étude, et chercheur au département BIDMC. La mise en évidence du gène "Period 1" pourrait permettre au personnel soignant de déterminer le moment où les patients doivent prendre leur traitement afin que celui-ci soit le plus efficace et la période durant laquelle les patients doivent être étroitement surveillés.



mercredi 21 novembre 2012

Les scientifiques ont appris à prédire la date de la mort


Les scientifiques britanniques affirment qu’ils ont appris à calculer l’espérance de vie grâce à une analyse de sang.

Selon les chercheurs, il est possible d’estimer la durée de vie d’après la longueur moyenne des télomères – les extrémités des chromosomes. Selon les experts, cette étude permet de calculer combien d’années peut vivre l’homme, à condition, évidemment, qu’il mourra de sa mort naturelle.

La publication indique que des études semblables ont été menées sur les oiseaux. La durée de vie des oiseaux a été établie avec une précision allant jusqu'à un an.

lundi 19 novembre 2012

Nibiru : la fin du monde ?



Une compilation des infos à propos de Nibiru.


Nibiru.final.update.fr

Apocalypse : le pape rassure, il y aura bien un Noël en 2012


Alors que certaines prophéties annoncent la fin du monde pour le 21 décembre, Benoît XVI a apporté dimanche sa propre contradiction à cette théorie, invitant les chrétiens, pendant la prière de l'Angélus au Vatican, à ne pas s'arrêter à "la curiosité pour les dates, les prévisions".

Selon certaines interprétations de calendriers religieux de la civilisation Maya, l'apocalypse a été arrêtée au 21 décembre 2012. Néanmoins, cette affirmation a été largement contredite par des analyses scientifiques des calendriers en question (lire notre article : "Nous sommes sauvés : l'apocalypse n'aura pas lieu en 2012)".

Pour autant, le papeBenoît XVI a décidé de rassurer ceux qui n'auraient pas foi dans ces derniers travaux qui repoussent à très loin cette hypothétique fin du monde. En apportant sa propre contradiction, donc très religieuse, à la théorie fumeuse de l'apocalypse maya.

De la fenêtre de ses appartements, place Saint-Pierre, Benoît XVI a ainsi commenté l'Evangile du jour, dans lequel Jésus parle à ses disciples de son retour sur la terre, à la fin des temps, lorsque "le ciel s'obscurcira" et que "les étoiles tomberont du ciel". Le Christ ne se comporte pas comme un "voyant" qui décrit "la fin du monde", mais veut "au contraire soustraire ses disciples de tous les temps à la curiosité pour les dates, les prévisions", a dit le pape, alors que d'aucuns prétendent que le calendrier maya prévoit la fin du monde pour le 21 décembre 2012. En clair, il y aura bien un noël en 2012.

Jésus "souhaite leur donner une clef de lecture profonde, essentielle, et surtout montrer le juste chemin sur lequel il faut marcher, aujourd'hui et demain, pour entrer dans la vie éternelle", a expliqué Benoît XVI. "Tout passe, mais la parole de Dieu ne change pas", a-t-il poursuivi.

Il ne vous reste que 32 jours, 4h et 44 minutes à vivre avant le 21/12/2012.


Pour ce qui y croient vous allez pouvoir être sauvé en vous rendant au Mont Bugarach, dans les Pyrénées certains pensent que Bugarach serait épargné par la destruction du monde en 2012?

On pense que la terre est soumise a des rayonnements cosmiques de plus en plus intenses, notamment du soleil mais pas seulement, et que ça continuera a être toujours de plus en plus intense jusqu'au 21 décembre 2012. 

Ces rayonnements n'arrivent pas ici de manière uniforme mais par des endroits spécifiques, sur des croisements de lignes de forces magnétiques... 

Certains lieux de ce genre sont plus puissants que d'autres parce qu'il y a plus de lignes de force qui se croisent...

Et donc ces endroits représentent des sources d’énergie, ces énergies lumineuses et positives qui nous amènent le nouvel age d'or sur Terre, voila pourquoi certains veulent trouver ces lieux énergétiques...

dimanche 18 novembre 2012

Nous sommes sauvés : l'apocalypse n'aura pas lieu en 2012


Un calendrier maya se projetant 6700 ans dans le futur a été découvert par des archéologues américains dans les ruines d'une ancienne cité, au Guatemala. La théorie évoquant le 21 décembre 2012 comme jour de l'apocalypse a fait long feu.

Avis à ceux encore convaincus que la fin du monde est programmée pour la fin de l'année : finalement, ça va, elle est repoussée. Pourquoi ce regain de confiance en l'avenir ? Un calendrier maya se projetant 6700 ans dans le futur a été découvert par des archéologues américains dans les ruines d'une ancienne cité, au Guatemala. Fini donc le 21 décembre 2012 établi comme date butoir de la civilisation humaine sur la foi d'autres calendriers mayas.

La découverte, faite en 2011, est relatée sur le magazine britannique en ligne Wired. Ce nouveau document daterait du 9e siècle après J.C. Soit près d'un siècle avant tous les autres calendriers mayas déjà mis au jour et qui avaient pu servir à étayer l'hypothèse d'une apocalypse fin 2012. Et selon les scientifiques qui ont fait la découverte, le calendrier dessiné sur les murs de pierre d'un bâtiment appartenant à la cité maya de Xultun, se rapporte à des dates allant jusqu'à 6700 ans. Par ailleurs, selon l'analyse des hiéroglyphes qui accompagnent le calendrier récemment découvert, il n'est fait aucune allusion à un quelconque évènement apocalyptique. Exit donc la fin du monde en 2012...

Pourquoi alors une telle théorie a-t-elle pu voir le jour ? La faute à différents systèmes de décompte du temps, expliquent les spécialistes : en effet, les Mayas possédaient plusieurs sortes de calendriers. Dont un qui se référait à une époque mythologique, celle d'un monde antérieur au notre qui aurait disparu avant l'arrivée des premiers hommes. Et c'est justement ce calendrier précis qui a permis à certains esprits alarmistes d'établir la date du 21 décembre 2012 comme jour de l'apocalypse. Reste désormais une question en suspens : les Mayas ne disent pas si la zone euro va se sortir de la crise de la dette sans (trop) de dommages...


samedi 17 novembre 2012

Les autorités françaises se préparent pour la fin du monde


Selon le calendrier des anciens Mayas, la fin du monde devrait arriver le 21 décembre 2012. Dans le cadre des évènements anti-apocalyptiques, en se préoccupant de la santé mentale et de la sécurité des citoyens, la police française va bloquer l'accès au Pech du Bugarach pour quelques jours.

Ce point culminant des Corbières a longtemps été populaire auprès des occultistes, qui croient qu'il héberge une base des extraterrestres, et dans la partie souterraine se cachent des portes à un autre monde. En outre, l'ancien président Mitterrand, étant en phase terminale, aimait s'envoler dans un hélicoptère au-dessus du point en quête de vigueur, et le service de renseignement israélien Mossad avait cherché de la réserve d'or du Troisième Reich.

Ce qui se passe dans la tête des rappeurs qui improvisent


IRIB- Des neuroscientifiques américains ont observé leur cerveau par IRM. Ils espèrent mieux comprendre les processus cérébraux à l'origine de la créativité. La science cherche depuis longtemps à percer les mystères de la créativité. Les grands progrès de l'imagerie cérébrale ont ainsi ouvert la voie à un vaste domaine de recherches consistant à identifier les zones du cerveau activées ou mises en veille lors des processus créatifs. Des neuroscientifiques de l'Institut national sur la surdité et les désordres de la communication, au Maryland, se sont penchés sur un cas bien précis: l'improvisation libre dans le rap. L'exercice, très prisé chez les amateurs de hip-hop, consiste à inventer des rimes au fur et à mesure qu'on les déclame sur un rythme donné (appelé «beat»).

Les chercheurs ont donc soumis 12 rappeurs - ayant au moins 5 ans d'expérience - à des IRM cérébrales. Les sujets, équipés d'écouteurs diffusant une musique instrumentale sur 8 mesures, devaient alors rapper successivement un texte appris par cœur et des rimes improvisées. En phase d'improvisation, les rappeurs ont présenté une augmentation de l'activité dans le cortex préfrontal médian, une zone du cerveau qui semble gérer l'intuition. Deux autres zones étaient au contraire inhibées: le cortex orbitofrontal et le crotex préfrontal dorsolatéral. Le premier gère la censure et le second la planification des tâches.

Pas de filtre cérébral

«Il semble qu'il y ait un relâchement des fonctions d'exécution et de l'attention ciblée au profit de processus libres de toute censure», résume le Dr Allen Braun, un des auteurs de l'étude parue jeudi dans Scientific Reports . Les rappeurs sont alors dans un état de «complète immersion dans le processus créatif», écrivent les chercheurs. L'absence apparente de filtre cérébral permettrait à «de nouvelles connexions, idées et associations d'apparaître plus naturellement sans être réprimées», pense le Dr Braun. L'équipe confirme ainsi des résultats déjà observés en 2007 chez des musiciens de jazz.

Le Dr Siyuan Liu, auteur principale, aimerait maintenant s'intéresser à la «deuxième étape du processus créatif, que nous avons baptisée phase de révision ou de raffinement, pendant laquelle nous pensons que les sujets modifient ce qu'ils ont d'abord produit pour l'améliorer». Elle espère ainsi mettre sur pied un premier modèle cohérent du processus créatif du point de vue de l'activité cérébrale.



Les scientifiques ont découvert un remède à l'adultère



Les scientifiques allemands ont découvert un moyen pour influer sur la fidélité - l'hormone ocytocine.

Trois groupes des hommes ont participé à l'étude : des célibataires, des personnes qui sont dans une relation, et des hommes mariés. Certains des participants de l'expérience ont pris l'hormone ocytocine, l'autre partie n'avait pas pris. Après, ils ont été laissés seuls avec une dame charmante.

Les hommes mariés, qui avaient pris la préparation médicale avant la conversation avec la femme, ont éprouvé de la gêne et de l'inconfort dans la communication, contrairement à ceux qui n'ont pris l'ocytocine.

Précédemment, au cours des expériences sur les animaux, les scientifiques ont réussi à prouver que l'ocytocine est un facteur important dans la formation d'une relation monogame.

Eclipse: un objet massif apparait entre la lune et le soleil (video)





Au cours de la dernière éclipse solaire totale entre le 13 et 14 Novembre 2012, un objet massif apparaît entre la lune et le soleil... L'objet est de quatre fois la taille de la Terre.

Les 13/14 Novembre 2012, une éclipse solaire totale a été visible dans un couloir étroit qui traversait l'hémisphère sud de la Terre... l'ombre de la Lune se déplace sur une distance d'environ 14,500 km, qui couvre 0,46% de la surface de la Terre.

Dans la video enregistré lors de l'éclipse, on peut voir un corps mystérieux à travers le champ de vision...



Total Solar Eclipse Australia 2012 UFO sighting? the planet Nibiru? A strange phenomenon?

During the last total solar eclipse in 2012 a massive object appears between the moon and the sun the object is four times the size of Earth. As seen from the Earth, a solar eclipse occurs when the Moon passes between the Sun and Earth, and the Moon fully or partially blocks the Sun. This can happen only atnew moon, when the Sun and the Moon are in conjunction as seen from Earth.

On 2012 November 13/14, a total eclipse of the Sun is visible from within a narrow corridor that traverses Earth's southern Hemisphere. Over the course of 3.1 hours, the Moon's umbra travels along a path approximately 14,500 kilometres long covering 0.46% of Earth's surface area.

Please comment on this video, we will find out the truth among all the truth is out there